Visite d’automne

Samedi 17 septembre, nous avons effectué la visite d’automne pour vérifier les points suivants :

  • état des réserves de miel pour l’hiver
  • état du couvain
  • vérifier la ponte de la reine

Nos deux colonies s’étendent sur 10 et 13 cadres. Dans chaque ruche nous avons 2 tiers des cadres entiers remplis de miel operculé et 1 tiers de couvain (ouvert et operculé). Les réserves sont suffisantes pour que les abeilles passent l’hiver. En pesée arrière nos ruches semblent bien garnies :

  • ruche 1 : 29 kg
  • ruche 2 : 23 kg

Dans chaque ruche il y’a du couvain fermé et du couvain ouvert. Nous avons vu dans les deux ruches une ponte récente de la reine (présence des oeufs de moins de 3 jours au fond des cellules). C’est positif, car les abeilles qui vont naître de ce couvain, seront les abeilles qui passeront l’hiver et démarreront la nouvelle saison dès janvier / février prochain.

Au trou d’envol, il y a de l’activité et elles rentrent du pollen.

Nous n’allons plus ouvrir les ruches pour ne plus les déranger jusqu’à l’année prochaine. Une visite mensuelle sera faite pour peser les ruches et vérifier la quantité de nourriture restante.

Petite grappe d’abeilles

Il y’a trois jours, j’ai retiré un nourrisseur d’une de nos ruches. Ramené à la maison je l’ai nettoyé dans le jardin. Il y avait quelques abeilles qui sont restées dedans. Le jardin étant situé à 8 km du rucher, elles n’ont pas trouvé le chemin du retour et ont formé une grappe sous une fleur fanée.

Une heure après, 2 frelons asiatiques ont commencé à les attaquer, et ce depuis trois jours. (J’ai remarqué qu’ils doivent s’y prendre à plusieurs fois pour rattraper une abeille et ce, lorsqu’ils ne se bagarrent pas entre eux). Cette nuit elles ont subi un violent orage de 2 heures, et surprise : elles sont toujours là. Moins nombreuses, mais toujours là ! Je me pose ainsi la question sur la vraie pression que les frelons asiatiques mettent sur nos colonies. Dans ce cas, 2 frelons ont réussi à manger de 20 à 30 d’abeilles en l’espace de 3 jours (quant on sait que dans une ruche en pleine saison il y a de 1000 à 2000 abeilles qui naissent et qui meurent par jour…)

Paul

img_4838

photo prise le 11 septembre 2016

img_4855

photo prise le 14 septembre 2016 – on voit qu’il y’a moins d’abeilles dans la grappe !

Visite des ruches avec Bernard Bertrand

Lors de la Fête des abeilles organisée à Andard, nous avons eu le plaisir d’accueillir Bernard Bertrand pour une conférence sur les « Ruches de biodiversité ».

Bernard Bertrand – ruches de biodiversité

C’est un nouveau regard sur l’apiculture, ou plus précisément sur l’abeille. Un discours que peu d’apiculteurs tiennent, car trop habitués aux pratiques actuelles du métier. C’est celui de faire le pari que l’abeille peut s’en sortir toute seule face aux multiples agressions dont elle fait l’objet aujourd’hui (les maladies, les pesticides, le manque de fleurs, et pourquoi pas l’apiculteur…) Elle peut s’en sortir à condition qu’on la laisse tranquille. Si elle a su traverser les 65 millions d’années depuis qu’elle existe, elle saura également surmonter les difficultés auxquelles elle est confrontée aujourd’hui.

D’où l’idée de Bernard de créer des ruches de biodiversité, des ruches où l’on met des abeilles et on les laisse tranquilles. Sans récolte, sans traitements, pour qu’une sélection naturelle puisse se faire. Les souches ainsi développées n’auront plus besoin de « notre aide ».

Du coup c’est le métier d’apiculteur qui doit changer. Et pour moi apiculteur novice, il faudra apprendre à connaître et à « écouter » l’abeille plutôt qu’à apprendre comment conduire une ruche…

Tout un changement ! Mais une belle aventure !

Paul