Pesée arrière 7 février 2017

Lors d’une visite de routine faite aujourd’hui j’ai eu la surprise de voir que la ruche 1 n’avait plus de toit ni d’isolation. Il restait juste sur les cadres le plastique et une planche de médium.

L’isolation et le toit en tole se trouvaient à une dizaine de mètres. Ils ont du être emportés par le vent de la tempête  du we dernier…

Bonne nouvelle ! Par ce temps ensoleillée, il y avait plein d’allers-retours sur les planches d’envol des 2 ruches avec des abeilles qui ramenaient du pollen bien jaune. L’activité a donc repris et les 2 reines sont bien présentes.

Du coup j’ai pesé les 2 ruches ne sachant pas depuis quand la ruche 1 était sans toit (la dernière visite datant depuis le 14 janvier).

La ruche 1 = 23,50 kg
La ruche 2 = 18,30 kg

La consommation est normale et les ruches continuent à être bien remplies.

La température étant assez douce j’ai profité également d’ajouter un demi pain de candi à chaque ruche. En les ouvrant (j’ai juste enlevé le plastique qui se trouve sur les cadres sans sortir de cadre), la ruche 2 (sur 10 cadres) est remplie normalement d’abeilles et la ruche 1 (sur 12 cadres) est BIEN remplie d’abeilles. On aurait dit qu’on est en plein été. Est-ce que la reine a repris la ponte ? Est-ce des vieilles abeilles ? Je n’en sais rien, mais j’étais impressionné par le grand nombre d’abeilles.

Donc tout va bien pour l’instant. J’ai hâte que le printemps arrive ainsi que toutes les fleurs 😉

 

Pesée arrière de nos ruches – 14 janvier 2017

Nos ruches restent bien garnies à mi-janvier, malgré la vague de froid de la semaine dernière :

  • ruche 1 : 24,8 kg
  • ruche 2 : 19,3 kg

Depuis le 4 décembre la ruche 1 a consommé 1,7 kg et la ruche 2 a consommé 1,5 kg.

La Nature dort…

18 décembre 2016 : toute la nature dort…

Recette peinture suédoise (à base de farine)

Voici la recette de la peinture suédoise si vous voulez la préparer vous-mêmes :

Le tableau ci-dessous indique les valeurs de matières premières pour fabriquer 5 kg de peinture ayant un rendement de 16 m2 environ sur support standart.

eau eau 3,2 litres
adjuvant farine de blé type 55 260 gr
pigment ocres et/ou terres colorantes 1 kg
adjuvant sulfate de fer 100 gr
huile huile de lin 400 ml
savon savon liquide ou savon noir 40 ml ou 40 gr

Fabrication de 5 kg de peinture couvrant 16 m2 de bois :

Porter 2,8 litres d’eau à ébullition.
Diluer 260 g de farine de blé type 55 dans 400 ml d’eau froide et l’ajouter ensuite aux 2,8 autres litres d’eau chaude,
Laisser cuire en mélangeant pendant 15 minutes.
Ajouter 1 kg de terre colorante, ainsi que 100 g de sulfate de fer s’il s’agit d’une peinture pour l’extérieur.
Faire cuire et mélanger 15 autres mn.
Ajouter 400 ml d’huile de lin, cuire 15 mn.
Ajouter 40 ml de savon liquide ou 40 gr de savon noir pour favoriser l’émulsion.

(recette disponible sur le site Ocres de France : http://www.ocres-de-france.com/recettes/peinture-a-la-farine.html)

Peinture de nos ruches kenyanes

Nous voilà lancés dans la préparation d’une peinture suédoise (peinture naturelle à base de farine) faite maison dans la cuisine. Contents du rendu final !

Pesée arrière de nos ruches – 4 décembre 2016

Ayant profité d’un ciel ensoleillé nous avons fait une pesée arrière de nos ruches. Elles restent bien garnies :

  • ruche 1 : 26,5 kg
  • ruche 2 : 20,8 kg

Depuis le 17 septembre la ruche 1 a consommé 2,5 kg, la ruche 2 a consommé 2,2 kg.

 

Construction de 2 ruches kenyanes

Nous voilà donc lancés dans la construction de 2 ruches kenyanes. Voici quelques photos des différentes étapes de leurs construction.

Préparation à la construction des ruches Kenyanes

Suite à la lecture du livre de Pierre Javaudin (Une ruche dans mon jardin) nous avons envie de construire deux ruches kenyanes pour profiter de la période hivernale et préparer l’année prochaine apicole.

Une séance de travail et de réflexion s’imposait ! Avant de se lancer dans le dessins de plans et calculer les dimensions des matériaux à acheter, nous devons savoir comment nous allons utiliser ces ruches. Et puisque nous ne faisons pas les choses comme tout le monde nous apportons quelques modifications à la ruche kenyane classique :

  • Tout d’abord nos ruches devront contenir deux colonies (avec deux entrées, une à chaque extrémité) afin de pouvoir mettre en pratique la méthode de lutte contre le varroa de Maurice Chaudière.
  • Autre avantage : cela favorise l’essaimage naturel chaque printemps tout en récupérant cet essaim. (Pour plus de détails sur cette méthode de Maurice Chaudière, voir le site www.la-ruche-extensible.com, rubrique « Mode d’emploi)
  • Du coup la taille de la ruche doit être agrandie pour avoir une longueur de 1m20 et pouvoir accueillir deux colonies.

Les dimensions étant définies nous pouvons acheter les matériaux et commencer la construction des ruches…

à suivre…

 

Construction d’un cueille-essaim en paille

Suite à la construction d’une ruche en paille nous avons voulu réaliser également un cueille-essaim pour l’utiliser au printemps prochain. Il a été réalisé dans de la massette et avec des clisses de ronce. Il fait une hauteur d’environ 60 cm et un diamètre d’environ 45 cm.

Voici quelques photos des différentes étapes de sa construction :

ruches en paille

Construction d’une ruche en paille

Suite à la visite de Bernard Bertrand et la conférence sur les ruches de biodiversité, nous avons réalisé notre première ruche en paille. Dans le numéro 7 (mars 2014) de la revue « Le lien créatif » le dossier « des paniers au service des abeilles » présente pas à pas la construction de plusieurs types de ruche.

Nous nous sommes lancés donc dans la construction d’une ruche sur socle (en feuilles de massette et en lisses de ronce).

Voici en quelques photos les différentes étapes de la construction de la ruche. Nous allons attendre maintenant le printemps pour cueillir un nouvel essaim et l’installer dedans.